Stream Wise

Outils d’évaluation Rives Actives

Outils d’évaluation Rives Actives

Les ressources disponibles pour nos partenaires de projet au Québec, dans l’État de New York et dans le Vermont comprennent notre protocole d’évaluation, notre atlas dynamique et notre application de rapport de terrain, ainsi que des outils et des conseils pour communiquer sur la mission de Rives Actives.

Processus

Sensibilisation locale

Évaluation de la propriété

Certification et prix

Prochaines étapes et assistance technique

Suivi et réévaluation

Documentation

Protocole d’évaluation et critères d’évaluation

Le protocole d’évaluation Rives Actives pour les propriétés situées le long des cours d’eau est basé sur une recherche menée sur les programmes, les réglementations et les lignes directrices en matière de zones tampons riveraines au Vermont, dans l’État de New York et au Québec, dans le cadre d’une subvention parrainée par le Lake Champlain Basin Program (Programme du bassin du lac Champlain).

Atlas d’évaluation de bureau

Utilisez l’atlas Rives Actives pour compléter la partie « Desktop Assessment » de l’évaluation Rives Actives avant d’aller sur le terrain. Saisissez les données de l’Atlas dans votre application Fulcrum.

Application Fulcrum

Rives Actives utilise Fulcrum pour enregistrer les données. Contactez LCBP pour obtenir des informations de connexion.

L’application est disponible sur iTunes App Store et Google Play.

Modèle de compte rendu récapitulatif

Utilisez ce modèle pour créer le compte rendu récapitulatif destiné au propriétaire. Revenez nous voir pour une version française du modèle de rapport et des instructions.

Formulaire de champ

Formulaire d’évaluation de la propriété

Tutoriels

Webinaire d’introduction à Rives Actives
Webinaire sur l’image de marque et la communication
Formation à l’évaluation de bureau

Vidéo de formation complète pour les évaluateurs VT, NY et QC

Évaluation du bureau pour VT

Assesseurs du VT : Veuillez regarder cette vidéo pour les instructions concernant le Vermont.

Évaluation de bureau pour la ville de New York

Évaluateurs de l’État de New York : Veuillez regarder cette vidéo pour les instructions concernant l’État de New York.

Évaluation de bureau pour le contrôle de la qualité

Évaluateurs du Québec : Veuillez regarder cette vidéo pour les instructions du Québec.

Dossier de presse

Panneau de récompense

Les sites qui reçoivent le signe Rives Actives représentent des propriétés modèles, respectueuses des cours d’eau.

Messages et bonnes pratiques de gestion

Ce guide vous aidera à présenter Rives Actives, à communiquer son impact et à susciter l’engagement.

Guide de style

Ce guide fournit des normes de conception et des recommandations pour maintenir l’image de marque de Rives Actives.

Kit médias sociaux

Ce kit aide Rives Actives et ses organisations hôtes à gérer des comptes de marque sur les médias sociaux.

Logos

Téléchargez les logos officiels de Rives Actives à utiliser dans vos communications.

Matériel graphique et imprimé

Téléchargez les graphiques officiels de Rives Actives pour les utiliser dans vos communications.

Photos

Téléchargez les photos approuvées pour les utiliser dans vos communications Rives Actives.

Enjeux et solutions

Largeur du tampon

Arrêter le fauchage et adopter une zone de non fauchage, prévenir les espèces végétales envahissantes.

Planter une végétation diversifiée.

  • La plantation d’une zone tampon indigène nécessitera la sélection d’une variété d’espèces végétales adaptées au site (sols, soleil/ombre, vent, climat/robustesse, communautés végétales naturelles à proximité, etc.), y compris des arbres, des arbustes et des plantes vivaces herbacées, l’approvisionnement des plantes en conteneurs, en balles et en toile de jute (B&B), en tubes/pots d’arbres, en racines nues ou en tuteurs vivants, et leur plantation de manière à minimiser l’érosion, à couvrir le sol nu et à maximiser la rétention d’eau.
  • La période idéale pour planter est le printemps (avril-juin) ou l’automne (septembre-octobre). Les arbustes et les arbres ligneux peuvent être plantés lorsque le sol n’est pas gelé. Les plantes vivaces herbacées peuvent être plantées lorsque les feuilles sont sur les arbres (débourrement au printemps – chute des feuilles).
  • L’arrosage est une partie importante de la plantation pour assurer la meilleure survie possible. Prévoyez d’arroser 1 à 3 fois par semaine pendant les périodes de sécheresse pendant la première saison de croissance, et 1 fois/1 à 2 semaines pendant les périodes de sécheresse pendant la deuxième et la troisième saison de croissance, selon les besoins.
  • Le programme Lake Wise du Vermont fournit des conseils sur la plantation de zones tampons indigènes Planter et entretenir les zones de végétation.
  • Le Vermont Trees for Streams Resource Guide du Winooski NRCD fournit une vue d’ensemble approfondie de la restauration des zones tampons riveraines, y compris la terminologie et les objectifs de planification, les considérations relatives à l’analyse du site, les types de matériel végétal, la plantation et l’entretien.
  • Missisquoi Bay Watershed Organization/Organisme de Bassin Versant de la Baie Missisquoi (OBVBM) fournit un guide visuel complet pour la restauration et la plantation des berges des cours d’eau, disponible en français sous le nom de Guide de mise en valeur river aine et en anglais sous le nom de Shoreline Management Guide.
  • Le Vermont DEC fournit des spécifications de plantation, des sources de plantes et des ressources d’assistance technique dans le document Planting Guidance for the Revegetation of Riparian Areas in Vermont (Guide de plantation pour la revégétalisation des zones riveraines dans le Vermont).
  • Des informations sur la plantation de communautés végétales naturelles et la sélection d’espèces végétales indigènes sont disponibles dans la fiche d’information du programme VT DEC Lake Wise Planting & Re-Naturalizing Areas.
  • La Federation of Vermont Lakes & Ponds propose un guide intitulé A Guide to Healthy Lakes Using Lakeshore Landscaping, qui comprend des informations sur la planification du site, la préparation et la plantation, ainsi que des modèles de conception, des exemples de plans de plantation et une liste de plantes.
  • Des listes d’espèces de plantes indigènes sont disponibles dans le Vermont Lake Wise’s Native Plant List, le Lake George DIY Water Quality Native Plant Species Index et le Vermont Rain Garden Manual.
  • Les communautés végétales naturelles riveraines sont décrites dans le livre Wetland, Woodland, Wildland de VT Fish & Wildlife.

Toitures

  • Ligne de goutte à goutte, tranchée d’infiltration et puits sec : VT Guide to Stormwater for Homeowners (p. 21 & p. 19). A utiliser principalement dans des sols bien drainés. Ces pratiques sont idéales pour les sites disposant d’un espace restreint.
  • Le programme Lake Wise du Vermont fournit également des conseils pour les tranchées de drainage et les puits secs (pour la déconnexion des tuyaux de descente).
  • Baril de pluie : VT Guide to Stormwater for Homeowners (p. 17). A utiliser dans les maisons avec des toits à gouttières et des tuyaux de descente pour disperser les eaux de ruissellement du toit. Doit être utilisé en relation avec un plan pour les eaux collectées ou une zone stable dans laquelle disperser les flux.
  • Jardin de pluie et déconnexion vers une zone végétalisée stable ou une rigole végétalisée : VT Guide to Stormwater for Homeowners (p. 29 et 27). Idéal pour la sortie d’un tonneau de pluie ou pour un point d’écoulement concentré depuis le toit. Le sol doit permettre une certaine infiltration. Voir le Vermont Rain Garden Manual pour plus de détails sur la conception, l’analyse du sol et le choix des espèces appropriées.
  • Le programme Lake Wise du Vermont propose également des conseils pour les jardins de pluie et les rigoles végétalisées.
  • Toit vert : VT Guide to Stormwater for Homeowners (p. 35). Pour les toits plats ou à faible pente uniquement. Peut être difficile à installer d’un point de vue logistique, mais agréable d’un point de vue esthétique.
  • Nombre de ces pratiques se retrouvent également dans les Fiches sur l’aménagement et l’entretien des propriétés résidentielles en langue française.

Patios

  • Pavés perméables (ou autre surface perméable) : VT Guide to Stormwater for Homeowners (p. 33). Divers matériaux peuvent être utilisés pour rendre une surface imperméable perméable (ou perméable). Idéal pour les sites avec des sols bien drainés. Pour les terrasses situées dans la zone tampon, il suffit de s’assurer que les sols sous-jacents ne sont pas compactés et qu’ils sont bien drainés pour minimiser le ruissellement.
  • Le programme Lake Wise du Vermont propose également des conseils pour les chaussées drainantes.
  • Bandes végétalisées et tranchées d’infiltration. VT Guide to Stormwater for Homeowners (p. 27 & p. 21). Les dispositifs peuvent être situés au bord de la terrasse où les eaux de ruissellement sont collectées (si la terrasse est en pente). Les rigoles peuvent être utilisées dans les sols qui ne s’infiltrent pas bien afin de ralentir et d’étaler le ruissellement. Les tranchées d’infiltration sont destinées aux sites dont les sols sont bien drainés.
  • Le programme Lake Wise du Vermont propose également des conseils pour les tranchées d’infiltration.
  • Jardin de pluie : VT Guide to Stormwater for Homeowners (p. 29) et Vermont Rain Garden Manual. À l’instar des rigoles végétalisées et des tranchées d’infiltration, les jardins de pluie peuvent être utilisés au bord des patios (ou des terrasses) pour ralentir et étaler le ruissellement ou l’infiltrer.
  • Berme filtrante : VT Guide to Stormwater for Homeowners (p. 25). Pour les sites en pente dont l’espace est quelque peu limité et les sols mal drainés, les bermes filtrantes peuvent capter les eaux de ruissellement et les ralentir avant de les laisser s’écouler à travers les sols poreux des bermes filtrantes.
  • En janvier 2021, le programme Lake Wise du Vermont élaborera des lignes directrices pour la mise en place d’une berme végétalisée.

Pelouses ou autres aménagements paysagers

  • Herbe plus longue et zone de tonte basse : VT Guide to Stormwater for Homeowners (p. 38 & p. 39) & Vermont’s Raise the Blade Campaign. S’il n’est pas possible d’éliminer la pelouse, le fait de la laisser pousser jusqu’à 3 pouces (ou plus), de laisser l’herbe coupée sur place et de réduire ou d’éliminer l’utilisation d’engrais et de pesticides réduira considérablement l’impact du ruissellement de la pelouse sur le ruisseau ou la rivière.
  • Le programme Lake Wise du Vermont propose des conseils pour l’établissement de zones d’interdiction de tondre et l’entretien des jardins dans le respect des lacs (qui s’appliquent également à de nombreux ruisseaux et rivières).
  • Le Fund for Lake George’s DIY Water Quality (Fonds pour la qualité de l’eau du lac George) : Minimize the Size of Grass La wns contient des informations sur les effets négatifs des pelouses sur les cours d’eau et des recommandations pour une meilleure gestion des pelouses.
  • Aération : VT Guide to Stormwater for Homeowners (p. 38) et la campagne Raise the Blade. Comme les pelouses se compactent au fil du temps, l’aération augmentera l’infiltration des eaux de ruissellement dans les sols de la région.
    tout type.
  • L’accès des véhicules doit être d’une largeur minimale (maximum 12′ ou 4m) et si possible perméable (les surfaces perméables peuvent inclure des pavés perméables ou du béton/asphalte poreux). Si cela n’est pas possible, les flux concentrés doivent être réduits au minimum.
  • Barres d’eau : voir ci-dessous la référence à la voie d’accès.
  • Les VT Guide to Stormwater Management for Homeowners (Guide de gestion des eaux pluviales pour les propriétaires) comporte une section de deux pages sur les stratégies pour les allées rurales (p. 41-42) qui décrit des stratégies supplémentaires, notamment l’espacement des ponceaux de décharge des fossés pour gérer les écoulements en amont des allées, les diffuseurs d’écoulement aux sorties des ponceaux ou des barres d’eau, ainsi qu’un guide simplifié des techniques d’aménagement des allées et de stabilisation de la surface.
  • Pour d’autres options et pratiques, voir le Vermont Better Roads Manual et le New York Rural Roads Active Management Program manual (ces manuels se recoupent largement) pour une conception plus détaillée des barres d’eau, du modelage et de la stabilisation des allées, des tournants, de la stabilisation des fossés et de la conception des ponceaux.
  • La MRC Brome-Mississquoi offre également le Guide technique – Gestion environnementale des fossés pour améliorer l’écoulement des eaux de ruissellement des voies d’accès des véhicules.
  • Les chemins d’accès doivent être d’une largeur minimale (maximum 6′ ou 2m) et perméables (gazon aéré, gravier non compacté, pierre concassée, pavés perméables ou similaires). Quelques sentiers pédestres à voie unique sont acceptables, mais il faut limiter l’accès à un sentier principal et à l’accès des véhicules dans la mesure du possible. Pour les chemins d’accès plus escarpés qui créent un flux concentré vers un ruisseau ou une rivière, voir les stratégies ci-dessous.
  • Le programme Lake Wise du Vermont propose des conseils pour la planification des sentiers, une ressource qui décrit les étapes générales à suivre pour la création ou l’amélioration des sentiers.
  • Water Bars : VT Guide to Stormwater Management for Homeowners (p. 23). Les barres d’eau servent à interrompre les longs tronçons d’écoulement concentré en utilisant des bosses inclinées dans le sentier avec des sorties du côté de la descente. Les prises doivent être stables (l’utilisation d’un petit jardin de pluie ou simplement d’un petit trou peut suffire).
  • Le programme Lake Wise du Vermont donne des conseils sur les barres d’eau ainsi que sur les ponceaux à toit ouvert et les tabliers rocheux, qui sont utilisés de la même manière.
  • Voir également le document Turnout Guidance de Lake Wise pour des idées sur la gestion du ruissellement près des chemins d’accès et la stabilisation des sorties des barres d’eau ou des ponceaux à ciel ouvert.
  • Escaliers d’infiltration : VT Guide to Stormwater Management for Homeowners (p. 31). Si l’accès se fait par des escaliers, l’utilisation d’escaliers construits en bois avec du gravier non compacté ou de la pierre entre eux peut éliminer le ruissellement des escaliers en béton. Si les escaliers sont en bois, veillez à ce qu’il y ait des interstices dans les planches pour permettre à la pluie de passer et à ce que le sol sous les escaliers ne soit pas compacté et permette aux eaux de ruissellement de s’infiltrer.
  • Le programme Lake Wise du Vermont propose des conseils sur les étapes d’infiltration.

Zone tampon

  • Voir la section sur la largeur pour les stratégies de contrôle des flux concentrés provenant du développement.
  • Dans certains cas, il peut y avoir des dispositifs de drainage existants (fossés, rigoles), conçus pour éliminer les eaux de ruissellement des terres hautes vers le développement qui sont acheminées directement vers un ruisseau ou une rivière. Les sorties vers le ruisseau ou la rivière doivent être éliminées et les flux provenant de l’élément doivent être dispersés avant de pénétrer dans la zone tampon riveraine à l’aide de la technique appropriée des stratégies de la section Largeur.
  • Comme dans le cas précédent, les zones de terre ferme peuvent provoquer l’érosion des berges des cours d’eau ou des rivières. Évaluez si c’est le cas et mettez en œuvre l’une des solutions mentionnées précédemment.
  • Utilisez le Guide de mise en valeur riveraine du Québec (p. 33-35) pour obtenir des conseils sur l’installation d’un nouvel enrochement s’il est inévitable ou sur la plantation de végétation dans l’enrochement existant (voir aussi p. 65 pour des conseils spécifiques sur la plantation dans l’enrochement de pierre).
  • Pour plus d’informations, voir le guide du Vermont Lake Wise Program sur le remblayage, le pied de roche et l’enrochement.
  • Le Vermont Shoreline Stabilization Handbook contient des conseils détaillés supplémentaires sur les pratiques à utiliser dans les situations d’enrochement existantes ou proposées, dans la section Biotechnique (p. 31), avec des instructions pour les enrochements végétalisés, les murs et matelas en gabion, et les criblages végétalisés ou les criblages vivants.
  • Utilisez le Guide de mise en valeur riveraine du Québec (p. 36-38) pour obtenir des conseils sur l’aménagement d’un  » mur de rive  » vertical ou d’un autre type de mur de soutènement.
  • En outre, le Vermont Shoreline Stabilization Handbook Biotechnical Section (p. 31) fournit des conseils supplémentaires sur la manière d’intégrer la végétation dans les murs de soutènement.

Végétation tampon

  • Déterminer les niveaux de végétation qui ne sont pas présents et les raisons possibles de cette absence, par exemple, une forêt de pruche mature peut ne pas avoir d’arbustes et de plantes herbacées couvre-sol, ou en avoir très peu, ce qui constitue un écosystème forestier fonctionnel et peut encore recevoir le Rives Actives Award (prix de la sagesse des cours d’eau). Toutefois, s’il n’y a pas de couverture végétale arbustive ou herbacée parce que le propriétaire a désherbé et fauché dans la zone tampon, il doit cesser toute perturbation et permettre à la couverture végétale arbustive et herbacée de se reconstituer pour pouvoir recevoir le Rives Actives Award. Les pratiques de remédiation pour les différents niveaux sont les suivantes :

Il n’y a pas de couvert végétal ni de grands arbres matures :

  • Plantez les arbres en racines nues, en tube, en pot, en conteneur ou en boule et en toile de jute, protégez-les du broutage des cerfs en les entourant d’une clôture métallique si les cerfs sont nombreux, et arrosez-les régulièrement jusqu’à ce qu’ils soient bien établis.
  • Sélectionnez des arbres qui seront bien adaptés au climat, aux sols (argile, sable, limon, loam, compacts, niveaux d’humidité), résistants aux perturbations dues au vent, à la glace et à la neige, aux conditions d’inondation potentielles (en fonction du site) et à l’ensoleillement disponible.

Il n’y a pas de jeunes arbres de remplacement :

  • Planter des graines d’arbres existants (glands de chênes, samares d’érables, cônes d’aulnes rugueux, noyaux de cerises noires, cônes de pruches, etc.)
  • Planter de jeunes arbres indigènes existant dans la zone tampon ou à proximité, ou des arbres qui seraient bien adaptés au site.
  • Cesser d’enlever la végétation sur le sol de la forêt et permettre aux jeunes pousses de croître.

Il n’y a pas d’arbustes :

  • Planter des arbustes indigènes adaptés au site.
  • Arrêtez d’enlever les broussailles du sous-étage, ne coupez rien en dessous de 1 m.

Il n’y a pas de plantes vivaces herbacées ni de plantes couvre-sol / sol nu :

  • Laisser la couche de duvet s’accumuler.
  • Aérer les sols nus/compactés en creusant des trous avec un râteau ou en les frottant avec un râteau et en ajoutant un tapis de contrôle de l’érosion, des feuilles ou du paillis.
  • Ensemencer avec un mélange forestier indigène.

Il n’y a pas de couche d’humus ou de sol nu :

  • Ne pas enlever les feuilles ni tondre.
  • Ne pas enlever le bois mort, les végétaux et autres débris.
  • Ajoutez des feuilles de la pelouse, des copeaux de bois, du paillis ou un tapis de contrôle de l’érosion pour commencer à accumuler de la boue.
  • Voir « Planter une végétation diversifiée » dans la section sur les problèmes et les solutions concernant la largeur de la zone tampon pour obtenir des conseils techniques.

Bibliothèque de ressources

Afin de mettre au point un programme régional de récompenses « Rives Actives » qui encourage les propriétaires privés à adopter et à promouvoir des pratiques de protection et de restauration des zones tampons des cours d’eau sur leur propriété, une bibliothèque de ressources a été créée pour améliorer la compréhension des ressources liées à la protection des zones tampons des cours d’eau ou à d’autres pratiques de protection des zones riveraines.

Revue de la littérature

Il ne s’agit pas d’une analyse documentaire exhaustive de toutes les pratiques possibles de tamponnage des cours d’eau ou de restauration des zones riveraines, mais plutôt d’une base qui servira à l’élaboration des grandes lignes du programme en tant que point de référence pour les réglementations, programmes et pratiques existants susceptibles d’être incorporés dans Rives Actives. Le développement du programme Rives Actives permettra d’éviter les chevauchements, de communiquer les ressources existantes et de combler les lacunes nécessaires pour aider les propriétaires riverains à être de bons intendants des cours d’eau.

Comité consultatif : U.S. Fish & Wildlife Service, Vermont Fish and Wildlife Department, New York State Department of Environmental Conservation, Vermont Department of Environmental Conservation, New York State Adirondack Park Agency, Adirondack Park Invasive Plant Program.

2023 Partenaires communautaires : Ausable River Association, Franklin County Natural Resource Conservation District, Franklin Watershed Committee, Friends of the Winooski River Inc., Lake Champlain Committee, Lamoille County Conservation District, Missisquoi River Basin Association, Organisme de bassin versant de la baie Missiquoi, Paul Smith’s College Adirondack Watershed Institute

Stream Wise est un projet du Lake Champlain Basin Program et du NEIWPCC.